Lo expuesto en este blog, solo responde a los criterios
personales de su autor como Maestro Masón

19 de enero de 2010

PIERRE YVES BEAUREPAIRE, Todo un descubrimiento

IMG_0003

Dentro de la amplia bibliografía que trabajo sobre masonería casi toda de origen francés, llevaba tiempo encontrándome con este autor Yves –Pierre Beaurepaire . del cual solo tenía referencias muy escuetas, o como mucho de algún artículo, pero poco más no son muchas sus referencias en el índice temático de las Actas del CEHEME, donde por cierto he visto que pese a las impresionantes entradas de autores, materias y organismos, pues el Gran Oriente no sé porque razón no tiene ninguna… cosas del azar o de las inclinaciones…

Trabajando estos días sobre temas de sociabilidad masónica y la propagación de las ideas masónicas a través de las Luces, pues me topado con una serie de publicaciones muy interesantes de este investigador, que nos retrata un mundo un tanto desonocido, y al que en parte se desea renunciar, para seguir según el caso con nuestra historia rosa en base a desarrollos revolucionarios de corte burgués, o por el contrario se nos vende una cohorte masónica de filósofos apolíticos religiosos de “no creo pero práctico” dando la espalda a toda una historiografía que desarrolla y creo que encabeza Yves- Pierre Beaurepaire.

Nuestros referentes en castellano es el trabajo de Luis. P. Martín que presenta como culmen de su trabajo en la legua castellana : Los Arquitectos de la República, y en otro costado el gallego y siempre admirado Alberto Valín: Masonería y Revolución .

Pero nuestro biografiado de hoy Yves-Pierre nacido en 1968, y es doctor en Historia Moderna de la Universidad de Nice Shopia-Antipolis, donde dirige el Centro de la Mediterránea Moderna y Contemporánea, habiendo enseñado en las Universidades de Tokio, San Francisco Túnez y en la Universidad Libre de Bruselas, Un interesante itinerario que le ha llevado a la especialización en temas masónicos y de su configuración como sociabilidad en los ámbitos mediterráneos.

Lo que me ha sorprendido de Beuarapiere, es ese planteamiento de que parte de nuestra cultura masónica que arranca de esa fundación de 1717 y la extraña eclosión escocesa , e irlandesa , costumbres, hombre y modos en tierras inglesas que da como simbiosis la fundación de la primera Gran Logia de Londres, y que llega al continente por dos vías la de los hugonotes refugiados en Francia, y otra vía más extraña pero plausible con las documentaciones en la mano que nos viene de Inglaterra vía los países nórdicos y Países Bajos, para el final de todo ese periplo recalar en Francia por el Norte.

UN periplo alejado de la “novela rosa” creado a partir del manejo de fuentes tal vez alejadas de lo cotidiano, pero que dan como resultado que ese periplo vino de la mano de los juegos y el arco, de los juegos diplomáticos de embajadores, príncipes y reyes, en suma de una masonería de corte aristocrático que dieron cobertura bien por geoestratégia , o por juego, y venganzas, toda una serie de vías de penetración de la cultura que emanaban de las Luces, donde vemos jugar a dicho juego de lograr de la Republica Universal a españoles como el embajador Ocariz.

En esa historia rosa que nos ido montando y de la cual hemos expulsado a distintos elementos y corrientes, en función de los distintos prejuicios y como decía Laure Caille, de las propias instrumentalizaciones que han hecho las Obediencias, para crear unas historia a su gusto un acomodo, en la cual ha cooperado distinguidos historiadores y que en otras ocasiones no han ido más allá del “anillamiento de palomos masónicos” construyendo lista de miembros y correspondencias admirativas estereotipadas de logias y Obediencias, como critica el mismo Yves-Pierre Beaurepaire, pasando por encima de la “plasticidad y la resistencia de un modelo aristocrático de sociabilidad masónica que permite constatar y enunciar un modelo habersiano (Habermas) de una sociabilidad masónica “burgués” ye interesante laboratorio de Espacio Publico”

Tal vez por esos prejuicios no encajen bien determinadas corrientes, a veces muy alejadas de nuestras posiciones, y que por eso desconocimiento su origen y desarrollo permiten explicar buena parte de nuestra historia y en ese entronca ese concepto de la Republica Universal y el divertimento de cuyos resultado vemos que se distribuye a través de un vehículo como la reforma templaria de asume el muy laico y republicano Gran Oriente de Francia con la figura de Montmorency-Luxembourg.

Vemos a través de los trabajos citados por ejemplo el escocismo va a jugar un papel importante al poder dar respuesta a una sociedad en continua evolución que demanda por ejemplo nuevos grados, creación y multiplicación que en su LÉtoile Flamboyante critica el Baron Tschoudy.

En este desarrollo juegan un papel importante los salones de “damas de adopción” que van a estructurar un nuevo genero de relaciones, creando nuevos espacios y marcos de desarrollo, que algunos han querido ver como una “masonería de opereta” pero donde se estaba dando en esos tiempos todo un intercambio intelectual, y creación de nuevos espacios donde la sociabilidad masónica burguesa y aristocrática estaba jugando un papel importante de trasmisión e innovación que su propio estatus les permitía..

En suma estamos ante un nuevo panorama de trabajos que tal vez nos sintamos superados pues tan pronto se nos habla de Rusia y logias que se abren en Silesia, o de la Logia Ovidio que alguien ha rebautizado como la logia Oviedo y así pasará para el resto de mundo mundial que no va más allá de las páginas de Internet.

Aquí les dejo con toda la voluminosa obra de Yves –Pierre Beaurepaire, que podemos encontrar bien en las dos librerías DETRAD (PARIS o LA CALE SECHE (BELGICA)

Pero antes les dejo con uno de sus trabajos publicado en Pierre Stones  LA METAMORFOSIS DE LA FILANTROPIA MASÖNICA

TRABAJOS

  • L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au xviiie siècle. 4 volumes, 1070 p. Thèse de doctorat soutenue le 10 janvier 1997, Université Lille 3 Charles de Gaulle, puis Université d’Artois, Alain Lottin dir. Prix Le Monde de la Recherche Universitaire.

  • Sociabilité, Franc-maçonnerie et réseaux relationnels. Contributions pour une histoire sociale et culturelle de l’espace européen des Lumières. 4 volumes, 68 p., 207 p., 215 p., 261 p. Habilitation à diriger des recherches soutenue le 23 novembre 2002, Université Paris IV Sorbonne, Lucien Bély dir.


OBRAS DE INVESTIGACION

  • Les Francs-Maçons à l’orient de Clermont-Ferrand au XVIIIe siècle, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, Institut d’Etudes du Massif Central, 1991, volume XLI, 365 p.

  • L’Autre et le Frère. L’Etranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, Les dix-huitièmes siècles 23, 1998, 872 p.

  • L’Europe des francs-maçons (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Belin, Europe & Histoire, 2002, 325 p.

  • Nobles jeux de l’arc et loges maçonniques dans la France des Lumières. Enquête sur une sociabilité en mutation, Montmorency, Ivoire-clair, « les architectes de la connaissance », 2002, 245 p.

  • L’espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Histoire, 2003, 231 p.

  • Le mythe de l’Europe française. Diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Autrement, collection « Mémoires », 2007, 304 p.

OBRAS DE SINTESIS

  • « La République Universelle des francs-maçons. De Newton à Metternich », Rennes, Ouest-France, De mémoire d’homme: l’histoire, 1999, 210 p.

  • La Plume et le Compas au siècle de l’Encyclopédie. Franc-maçonnerie et culture de la France des Lumières à la France des notables, Paris, EDIMAF, 2000, 128 p.

  • « Les francs-maçons au siècle des Lumières », Préface de Katsumi Fukasawa, Tôkyô, éditions Yamakawa-Shuppansha,Yamakawa Lectures 005, 2009, 148 p. (ISBN 978-4-634-47505-2).

Edition scientifique d’actes de colloques internationaux

  • La Plume et la Toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, Histoire, 2002, 346 p.

  • La Franc-maçonnerie en Méditerranée (XVIIIe-XXIe siècle). Circulations, modèles, transferts, Cahiers de la Méditerranée, 2006, n°72, 420 p.

Contributions à des ouvrages en collaboration (sauf actes de colloques)

  • Encyclopédie de la Franc-maçonnerie, Paris, Librairie générale française, « Enyclopédies d’aujourd’hui », 2000, 982 p. (45 articles signés PYB).

  • Luis P. Martin, sous la direction de, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000.

  • « Les Nobles Jeux d’arc à la fin de l’Ancien Régime : miroir d’une sociabilité en mutation », Société et religion en France et aux Pays-Bas XVe-XIXe siècle, Mélanges en l’honneur d’Alain Lottin, textes réunis par Gilles Deregnaucourt, Arras, Artois Presses Université, Histoire, 2000, p. 539-551.

  • « Des Lumières à la Restauration. La tentation académique et l’exigence d’utilité publique des élites maçonniques arrageoises au XIXe siècle », Arras, le savoir et la curiosité. Aspects de la vie culturelle dans une ville-préfecture au XIXe siècle, Mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, 6e série, tome III, Arras, 2000, p. 21-31.

  • « Les objets du culte maçonnique » in Michel Figeac, sous la direction de, L’Ancienne France au quotidien, Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, p. 363-36ARTICULO

  • ARTICULOS

  • « La Saint-Barthélemy des patriotes, sentiment de persécution et signes victimaires chez Agrippa d’Aubigné et Jacques-René Hébert », Annales Historiques de la Révolution Française, n°298, octobre-décembre 1994, n°4, p. 687-693.

  • « Le rayonnement et le recrutement étranger d’une loge maçonnique au service du négoce protestant : Saint-Jean d’Ecosse à l’orient de Marseille au XVIIIe siècle », Revue Historique, CCXCIII/2, 1996-1, p. 263-288.

  • « Fraternité universelle et pratiques discriminatoires dans la Franc-maçonnerie des Lumières », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 44-2, avril-juin 1997, pp. 195-212.

  • « « D’un rivage à l’autre. Médiations et appropriations culturelles dans l’espace maçonnique atlantique », L’Atlantique au XVIIIe siècle, numéro spécial de Dix-huitième siècle, n°33, dirigé par Marcel Dorigny, 2001, pp. 219-230.

  • « La République universelle des francs-maçons entre « culture de la mobilité » et basculement national (XVIIIe-XIXe siècles) », Circulation et cosmopolitisme en Europe, numéro spécial de la Revue de synthèse coordonné par Henriette Asséo, cinquième série,2002, tome 123, p. 37-64.

  • « Lumières maçonniques et christianisme », dans Dix-huitième siècle, numéro spécial Christianisme et Lumières, 34 (2002), p. 27-40. .

  • « Théâtre de société et Franc-maçonnerie aristocratique dans l’Europe des Lumières : une rencontre réussie », actes de la journée d’étude de Paris, Les théâtres de société au XVIIIe siècle organisée par Dominique Quéro, Université de Paris-Sorbonne, CELLF 17e-18e (UMR 8599 du CNRS) et CRHT, 14 juin 2003, Revue d’histoire du théâtre, 2005, n°1, p. 53-59.

  • « La Franc-maçonnerie observatoire des trajectoires et des dynamiques sociales au XVIIIe siècle », Politiques et cultures, numéro spécial de Dix-huitième siècle dirigé par Michel Porret, 2005, n°37, p. 17-30.

  • « The Universal Republic of the Freemasons and the Culture of Mobility in the Enlightenment », French Historical Studies, special issue « Mobility in French History », 2006, 29/3, summer 2006, p. 407-431.

  • « De la charité à la philanthropie, de la bienfaisance à la lutte contre l’exclusion. Voyage au cœur du projet philosophique et de société de la franc-maçonnerie (XVIIIe-XXIe siècles) », La Pensée et les Hommes, dossier thématique sur « Philosophies et idéologies maçonniques », 51e année, n°66, 2008, p. 71-79.

Articles publiés dans des revues scientifiques

  • « Une rencontre insolite : Nobles Jeux de l’Arc et loges maçonniques au XVIIIe siècle », Renaissance Traditionnelle, n°107/108, juillet-octobre 1996, 27e année, p. 141-64.

  • « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orient de Strasbourg », Revue d’Alsace, 1998, tome 124, fascicule 602, p. 89-120.

  • « Le cosmopolitisme maçonnique dans les villes méditerranéennes au XVIIIe siècle », numéro thématique : Du cosmopolitisme en Méditerranée (XVIe-XXe siècles), Cahiers de la Méditerranée, n°67, décembre 2003, p. 33-50.

  • « L’engagement pacifiste et internationaliste des francs-maçons des Baléares (fin XIXe siècle début XXe siècle). Naissance et affirmation d’une culture politique », numéro thématique : Modernité et insularité en Méditerranée, Cahiers de la Méditerranée, n°68, juin 2004, p. 121-132.

  • « Marie-Daniel Bourrée de Corberon et Karl-Heinrich von Heyking : deux itinéraires maçonniques entre Paris, Varsovie et Saint-Pétersbourg à la tombée des Lumières », Slavica Occitania n°24, 2007, La franc-maçonnerie et la culture russe, p. 25-51.

Communications publiées dans des actes de colloques scientifiques

  • « A la croisée des chemins de la sociabilité. Les Nobles Jeux de l’arc en France au XVIIIe siècle », Sport, éducation et art XIXe-XXe siècles, Actes du 119e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, colloque Jeux et sport IV, Amiens, 1994, Paris, CTHS, Jeux et sports dans l’histoire 4, septembre 1996, p. 275-287.

  • « Les intermédiaires maçonniques entre la France et la Scandinavie au XVIIIe siècle », à paraître dans les Actes du colloque franco-nordique, Paris, Institut finlandais et Centre culturel suédois, 9-11 mai 1996, Les intermédiaires culturels entre la France et les pays nordiques au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation.

  • « La Franc-maçonnerie calaisienne revisitée (1784-1800) », Bulletin historique et artistique du Calaisis, n°145-146-147, juin 1996, p. 3-31.

  • «« Frontière maçonnique et médiations culturelles en France au siècle des Lumières », communication à paraître dans les Actes du colloque de Fourmies, Frontière, Frontières, 15-16 mai 1998.

  • « Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au début du Consulat », Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers éd., Du Directoire au Consulat, I. Le lien politique et social local sous le Directoire et au début du Consulat, Actes de la table ronde de Valenciennes, 13 et 14 mars 1998, Lille, Presses du Septentrion, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 20, 1999, p. 97-110.

  • « Fraternité universelle des francs-maçons et pratiques discriminatoires : un nécessaire devoir de mémoire », Christine Gaudin-Naslin dir., La mémoire des francs-maçons, Sociabilité, culture et patrimoine, Les Cahiers du GHRIS n°10, 1999, p. 41-57.

  • « Les loges maçonniques littorales face à la politique centralisatrice des obédiences parisiennes au XVIIIe siècle », Gérard Le Bouëdec et François Chappé dir., Pouvoirs et littoraux du XVe au XXe siècle, Actes du colloque international de Lorient des 24-26 septembre 1998, Presses Universitaires de Rennes, Histoire, 2000, p. 181-189.

  • « A la rencontre de l’autre et du frère. Voyageurs et francs-maçons dans la France des Lumières » dans Jean-Denys Devauges et Didier Masseau éd., Le voyage en France 1740-1914, Actes du colloque international de Compiègne, 30-31 mai 1997, Compiègne, 2000, p. 62-70.

  • « ‘Réunir des hommes qui sans cela seraient restés à perpétuelle distance’ : Étrangers, voisins et frères dans le temple maçonnique », Elisabeth Détis éd., Images de l’altérité dans l’Europe des Lumières. Le Spectateur européen, volume 1, Actes du colloque international de Montpellier Voisins, voisines : interfaces culturelles dans l’Europe des Lumières, premier colloque international du Centre interdisciplinaire de recherche sur les Iles britanniques et l’Europe des Lumières, Université Paul-Valéry Montpellier III, 11-12 juin 1999, Presses de l’Université de Montpellier 3, 2000, pp.33-58.

  • « Le Grand Maître marquis de Gages et les relations maçonniques gallo-belges au XVIIIe siècle », Actes du colloque La figure et l’œuvre du Marquis de Gages réunis par le Professeur Alain Dierkens, Université libre de Bruxelles, Institut d’Etude des Religions et de la Laïcité, 12 mai 2000, Bruxelles, Problèmes d’histoire des religions, tome XI, Editions de l’Université de Bruxelles, 2000, p. 31-37.

  • « ‘Il est midi, Vénérable Maître’. Le temps d’Hiram ou les rythmes de la sociabilité maçonnique au XVIIIe siècle » à paraître dans les Actes du colloque international de Lyon Les rythmes de la ville (XVe-XXe siècle) Université Lumière Lyon II, Centre Pierre-Léon, 28-29 avril 2000, réunis par Olivier Zeller.

  • « Les Irlandais dans les loges maçonniques Françaises au XVIIIe siècle », Ma Begoña Villar Garcia éd., La emigración irlandesa en el siglo XVIII, Xe Congrès international des Lumières, 25-31 juillet 1999, Dublin, Actes de la table ronde sur L’émigration irlandaise en Europe au XVIIIe siècle, Université de Malaga, 2000, Estudios y Ensayos 43, p 63-79.

  • «« Les métamorphoses de la philanthropie maçonnique des Lumières au Samu social : naissance d’une culture politique », à paraître dans les actes du colloque de Lille, Culture et démocratie : les formes paradoxales de la voie associative, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 23-25 novembre 2000, réunis par Laurence Allard et Odile Parsis-Barubé.

  • « La sociabilité maçonnique à l’heure des notables et des capacités. Jalons pour l’étude d’une mutation décisive » dans Hervé Leuwers éd., Elites et sociabilité au XIXe siècle : héritages, identités, préface de Maurice Agulhon, Actes de la journée d’étude de Douai, 27 mars 1999, Université Charles de Gaulle Lille 3, Centre de Recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 27, Lille, Presses du Septentrion, 2001, pp. 33-50.

  • « L’ouverture d’un horizon académique : académiciens et francs-maçons messins au XVIIIe siècle », Académies et sociétés savantes en Europe, 1650-1800, textes réunis par Daniel-Odon Hurel et Gérard Laudin, Actes du colloque international de Rouen, 14-17 novembre 1995, Paris, Honoré Champion, Colloques, congrès et conférences sur le classicisme, 2001, p. 303-316.

  • « Frontière maritime et transferts culturels. L’accueil des étrangers dans les loges maçonniques littorales des Lumières au Premier Empire », dans Stéphane Curveiller, Denis Clauzel, Christophe Leduc éd., Le détroit : zone de rencontres ou zone de conflits, troisième colloque européen de Calais, Bulletin historique et artistique du Calaisis, n° 173, 2001, p. 181-191.

  • « L’Europe des Lumières maçonniques : construction, réseaux et représentations », dans Christiane Villain-Gandossi éd., L’Europe à la recherche de son identité, Actes du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Lille, 10-15 avril 2000, Paris, éditions du CTHS, 2002, pp. 305-316.

  • « Le noble franc-maçon : un modèle sociable dans la France des Lumières ?», La noblesse de la fin du XVIe au début du XXe siècle, un modèle social, colloque des 3, 4 et 5 mai 2001, Université de Bordeaux III, Michel-de-Montaigne, Actes réunis par Michel Figeac, Josette Pontet, Marie Boisson, Anglet, Atlantica, 2003, tome I, pp. 157-172.

  • « Sortir de l’impasse « maçonnologique » : Les sources d’une histoire interculturelle de la Franc-maçonnerie européenne », Eric Saunier et Christine Gaudin-Naslin éd., Franc-maçonnerie et histoire, Bilan et perspectives, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 330, 2003, p. 53-64.

  • « Les voyages des francs-maçons. Une institution européenne au XVIIIe siècle », Les voyages à l’époque moderne, actes de la journée d’étude de l’Association des Historiens Modernistes, 1er décembre 2001, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2004, p. 47-63.

  • « Sociabilité maçonnique et réseaux intellectuels autour d’Ignaz von Born, figure centrale de l’Aufklärung autrichienne », Wladimir Berelowitch et Michel Porret éd., Réseaux intellectuels et sociabilité culturelle en Europe de 1760 à la Restauration, actes du colloque de Genève-Coppet, 4-6 décembre 2003, à paraître.

  • « Loisirs et sociabilités maçonniques au XVIIIe siècle », Robert Beck, Anne Madoeuf éd., Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, actes du colloque international Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Une approche comparative, monde occidental monde musulman, Tours 15-17 mai 2003, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Perspectives historiques », 12, p. 37-44.

  • « Franc-maçonnerie, espace public et vie de société », Katia Béguin et Olivier Dautresme éd., La ville et l’esprit de société, actes de la journée d’études du 27 mai 2002, Presses universitaires François-Rabelais, Maison des sciences de l’homme « Villes et territoires », 2004, p. 33-53.

  • « La circulation des diplomates, aristocrates et voyageurs dans l’Europe des Lumières : une piste pour suivre les francs-maçons espagnols », José Antonio Ferrer Benimeli éd., La Masonería en Madrid y en Espana del siglo XVIII al XXI, X Symposium Internacional de Historia de la Masoneria Espanola, Leganés (Madrid), del 2 al 6 de septiembre de 2003, Gobierno de Aragon, Coleccion Actas, 64, 2004, tome I, p. 423-441.

  • « Les relations maçonniques franco-russes au XVIIIe siècle d’après le Journal du diplomate Marie-Daniel Bourrée de Corberon », Jean-Pierre Poussou, Anne Mézin et Yves Perret-Gentil éd., L'influence française en Russie au XVIIIe siècle, Actes du colloque tenu à Paris les 14-15 mars 2003, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004, p. 47-64.

  • « A la rencontre du ’Vertueux Sarmate’. Les relations maçonniques franco-polonaises au XVIIIe siècle », Jaroslaw Dumanowski et Michel Figeac éd., Noblesse française et noblesse polonaise. Mémoire, identité, culture, XVIe-XXe siècles, Bordeaux, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2006, p. 275-286.

  • « Correspondances, passeports et signalements maçonniques : un dispositif original de la mobilité en Méditerranée au XVIIIe siècle », Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser, Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, actes du colloque international de Naples, 2-4 décembre 2004, Paris, Maisonneuve & Larose-MMSH, 2007, « L’atelier méditerranéen », p. 387-398.

Víctor Guerra. MM.:. del GODF

3 comentarios:

Joaquim Villalta dijo...
Este comentario ha sido eliminado por el autor.
Joaquim Villalta dijo...

Q.•. H.•. Víctor:

Magnífica reseña sobre este estudioso y brillante historiador. Voy a hincarle el diente al estupendo libro que gentilmente me has pasado sobre él, más aún motivado por las excelentes referencias que de él se encuentran en los círculos historiográficos y masonológicos.

A propósito, no te pierdas la excelente, brutal (en positivo) y clarísima exposición de Dachez en video en el margen derecho de este enlace. Digno para ser escuchado y reflexionado, ya desde el primer grado simbólico. La apostillla final, para no perderla.

http://www.gadlu.info/le-temple-maconnique-selon-pierre-yves-beaurepaire.html

Un TAF

Joaquim Villalta

Masonería Satánica dijo...
Este comentario ha sido eliminado por un administrador del blog.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...