Lo expuesto en este blog, solo responde a los criterios
personales de su autor como Maestro Masón

23 de diciembre de 2016

SOBRE FUNDACIONES Y REFUNDACIONES MASONICAS

300 años. Refundacion

Hace bien poco, la Gran Logia Simbólica Española (GLSE), ha lanzado a los cuatro vientos de las redes sociales la puesta a punto de su II Curso de Fundamentación Masónica  bajo el título de:  Francmasonería :Tres siglos de la Refundación Moderna.

Actividad que se desarrollará entre  los meses de Marzo y Junio del 2017 y donde un amplio elenco de profesores desarrollarán diversos contenidos, en algunos casos con temas un tanto repetitivos, ya que en parte son firma y sello de las peculiaridades que reune en lo concetual y filosófico la GLSE, con temas tan trillados como el Método Masónico, que  además de estar en todos los índices las obras temáticas sobre masonería  de Javier Otaola, incluso se le dedicó un número monográfico de la Revista Cultura Masónica.

En su momento por mi parte contesté con varios trabajos en este mismo blog, sobre la cuestión del METODO MASONICO
Pero no deseo entrar de nuevo  en dichas tesituras, pues ya iremos desgranando los distintos tema del Curso de Fundamentación a medida que vayamos contando con la videoteca del curso, deseo tratar otro tema, y es lo que trae hoy hasta aquí. 

El enunciado de este II Curso de Fundamentación Masónica, a mi juicio personal, creo que se trata de un título confuso y equívoco en cuanto a los contenidos a los que quiere hacer referencia, aunque no dudo que este tenga tirón publicitario, pero la realidad es dicho título no responde a la situación que se dio en 1717, y parece que los promulgadores del tal evento formativo no han debido ni leer ni un ápice de lo que venimos exponiendo sobre la masonería del siglo XVIII diversos autores, mediante escritos propios y ajenos, aunque tal vez para que seamos escuchados y leídos nos haga  falta el label de algún notable masónico o jesuítico.

Por tanto, renuncio a enlazar una vez más, trabajos tendentes a  clarificar la cuestión del nacimiento de la masonería de 1717,  aunque puedo llegar a entender el tema como sí de un posible renacimiento de la masonería se tratara.

Pero hablar hoy en pleno siglo XXI, al borde de la celebración de los 300 años la masonería  de 1717, en los términos de una Refundación Masónica, y sobre todo Moderna, es  ignorar algunas elementales cuestiones.

Tal vez el nudo gordiano, no esté en lo que yo exponga, sino en los mismos programadores  del curso, cuando por un lado indican el titulo de Tres siglos de la Refundación Moderna, y luego los profesores y brillantes académicos como Octavio Carrera y Vladimir Carrillo, van a desarrollar sus contenidos bajo este otro  titulo la refundación de la moderna masonería, que parece estar un poco más en sintonía con la realidad, aunque faltando  a la verdad, aunque no deja de ser cierto que todo esto depende de la opción  que uno tome, si la de vincularse a la masonería noaquita de los viejos textos que van a rescatar los jacobitas irlandeses con Dermott a la cabeza, o a la masonería  que arranca en 1717.

Lo que está claro es que fruto de los desconocimientos históricos vienen estas confusiones, pues no parece que algunos Hermanos/as sepan muy bien de donde proviene su propia raíz masónica, pues tan pronto están defendiendo el origen de los llamados «Antiguos» y la base  subterránea que los alimenta, como son  los Antiguos Deberes, trayendo a la primera plana los Regius,  Cooke, Sloan, Roberts, Spencer  etc; como se hacen acreedores de los «Modernos» y sus rompimientos estructurales, todo ello en una franca contradicción entre uno y otro,  mezcolanza poco entendible a la luz de la historia, pero que puede ser un buen tema a debatir en el curso pues tampoco es que en esa época hubiera límeites claros entre unos u otros como hemos visto en Bristol y la Gran Logia de Wigan..

Pero  la masonería española es así, muy tendente a las extrañas mezcolanzas ya que parece trabajar sobre modelos  un tanto esquizofrénicos a la hora de explicar el nacimiento de la masonería del siglo XVIII, y la verdad  no  entiendo el porqué, pues estamos hablando de doctos formadores, de consolidada estructura académica, versados en lenguas, que tienen por tanto opción al conocimiento y a la bibliografía de amplio espectro,  y sin embargo los partos son bastante parcos, repetitivos y poco atrayentes o eso me parecen a mí. Está claro que los programadores ojean poco las programaciones europeas de encuentros y trabajos de reflexión, y miren que aquí en este modesto blog de exponen, tendencias, se reseñan libros, se exponen opiniones…,pero ni por esas.

En fin, dice la RAE, que REFUNDACIÓN, es la acción y efecto de Refundar, lo cual es: revisar la marcha de una entidad o institución, para hacerla volver a sus principios originales o para adaptar estos a los nuevos tiempos. 

Situados de nuevo en 1717, nos encontramos con una reunión de una serie de masones que no intentan refundar nada, puesto que no tiran de los viejos textos de los Antiguos Deberes, ni ellos mismos son miembros notables de las viejas estructuras masónicas operativas de Inglaterra o Irlanda o Escocia, ni hay presencia de grandes logias o representantes o delegados, tal vez el correlato que en España hemos construido acerca de de todo esto sea muy simplista, y un tanto mítico al estilo andersoniano. y  alejado de los postulados de la llamada “Escuela Auténtica” donde se plantea entre otras cosas que no ha había habido esa supuesta comunicación de la tradición, entre operativos y especulativos. Aunque para gustos hay teorías y muy diversas.

Yo que parto de la misma tesis planteada por Roger Dachez en su «masonería inventada», creo que la mítica de los Colegia Fabrorun, Vitrubio y los operativos, son más bien nexos de las corrientes ocultas de una tradición cuyas míticas, no dejan de rememorar viejos tiempos, pero sus contextos sociales, laborales y a veces hasta políticos  son muy distintos en los cuales los situamos.

A  mi no me cabe ninguna duda que Desaguliers, los «Moderns» de 1717, londinenses protestantes en su mayoría, vienen a romper definitivamente con el mundo de la tradición, marcando un cierto distanciamiento espiritual y religioso y hasta de una cierta ética, en la medida en  que ello fue posible y la prueba palpable es que frente a esa ruptura con lo anterior, apareció Dermott y su  Gran Logia de los “Antiguos” este sí que trata de refundar la masonería anterior, la de los Old Charges, en definitiva  la vuelta a una Tradición espiritual y una ética transcendentalista.

Y tal hecho (Dermott y lo suyos) sí que desembocará en otra genuina  REFUNDACION como es la de 1813, con el nacimiento de la Gran Logia Unida de Inglaterra (GLUI), sobre los derrocados cimientos de los «Modernos» y los victoriosos triunfos de los «Antiguos» estableciéndose curiosas paradojas, de como un nacimiento y desarrollo a través de la aristocracia y la alta burguesía esta va a ser combatida por bases dicen más «populares» y que en 1813 se acaba estableciendo una REFUNDACION en base al establecimiento de la monarquía como cabeza de la masonería inglesa y representante del genuino conservadurismo inglés.

Volviendo a 1717, tenemos que en Londres se reunieron, en ese momento, unas seis logias muy descuidadas por Sir Chistopfer Wrem, y junto con algunos otros Hermanos se reunieron en la Taberna del Manzano(Apple Tree Tavern) en Charles Street, Covent Garden y «se constituyeron en una Gran Logia pro tempore en debida forma” y en el día de San Juan Bautista, año del Señor de 1717, la Asamblea y fiesta de los Masones Libres y Aceptados se realizó en la cervecería del Ganso y la Parrilla en St. Paul´s Church Yard”. En ese humilde ambiente- sin pretensiones de apariencia- en una sala de la taberna, de 22 pies largos por 16 pies de ancho- la primera gran Logia del mundo fue constituida formalmente: La Gran Logia de Londres y Westminster».

Que por cierto, dicha primera Gran Logia  carecía de culaquier reconocimiento universal, digamos que «algunas antiguas logias retenían una posición de independencia y rehusaban aceptar una nueva Constitución- manteniendo algunas antiguas y peculiares costumbres, así fue como surgieron sociedades que afirmaban ser de masones, pero que usaban simplemente el título del oficio como tapadera de propósitos políticos o menos dignos aún». 

Indicar que no por ello los enemigos dejaban de trabajar pues varias divulgaciones del Ritual se imprimieron, con el propósito de llevar al mundo exterior los verdaderos secretos del oficio- la mas importante fue Masonería Diseccionada, escrita por un Samuel Prichard en 1730 quien se describe como “último miembro de una logia constituida”» 

A este respecto es recomendable, la lectura del trabajo de una buen colaborador y amigo, además de Hermano: Saúl Apolinaire con la traducción The Craft in the 18th Century  The "Moderns", 1717, and the “Antients”, 1751 de BY ARTHUR HEIRON.

Para que nadie nos acuse de partidistas, referiré otros trabajos muy interesantes  como los referidos al Hermano Herrera Michel expuestos en su blog PIDO LA PALABRA   que en varias trabajos  explica cosas interesantes sobre los hechos de 1717 :

«mucho se ha escrito y poco se sabe de lo que pasó cuando la fundaron en Londres en una habitación de 4.26 por 6.36 metros cuadrados del segundo piso de la “Casa de Ale La Oca y la Parrilla” (Goose and Gridiron Ale House) el 24 de junio de 1717. No se conoce si se reunieron cuatro o seis Logias ni si eran operativas, especulativas o de ambas clases. Tampoco se sabe cuántos eran exactamente los asistentes ni mucho menos como se llamaba la mayoría. De lo que sí se está al corriente es que de las cuatro Logias fundadoras tres no tenían más de cuatro años de fundadas y la otra contaba con veintiséis. 

Sobre las restantes dos (si las hubo), solo existen conjeturas inciertas […]La Logia anfitriona de la “Casa de Ale La Oca y la Parrilla” se llama ahora glamurosamente “Lodge of Antiquity” No. 2***, y en la reunión resultó por elección a mano alzada Anthony Sayer como el primer Gran Maestro de la Masonería. Un personaje del que tampoco se sabe mucho, que es posible que sea francés, de baja posición social, al que se tuvo que socorrer varias veces económicamente y que terminó siendo el Guarda Templo de su Logia hasta que murió con setenta años de edad en 1741»


Por tanto no parece que los masones de 1717,fueran herederos de nada, o quisieran refundar nada, sino todo lo contrario, querían o pretendían FUNDAR una masonería nueva, con nuevos moldes y levantada con cimientos nuevos,,

Si hubiesen querido lo contrario seguro que hubieran buscado viejos referentes sobre los cuales pivotar y cimentar su nueva creación, y hubieran reutilizado los viejos textos a modo de refrendados referentes de una vieja tradición, pero no, ellos estaban en otro concepto social y político, y recuperar o volcar su mirada,por  escasa que  fuera, sobre los viejos moldes les hubiera hecho de facto herederos de los viejos cánones.

De hecho porque lo no lo hicieron y no tardando mucho  facilitaron la llegada de los católico irlandeses capitaneados por Laurent Dermott y los suyos, que fueron quienes a la postre se engancharián a las viejas tradiciones a las que había renunciado Desaguliers y los suyos atrincherados bajo muy diversos mantos  (evangélicos de diversos pelajes, libertinos, ateos estúpidos o no,  y con gentes de muy diversa extracción desde plebeyos a notables burgueses metidos de pies y manos en la Royal Society.

En fin, no se trata de volver a contar la historia de la Querella entre «Antiguos y Modernos» pero no entender esto, supone de mano entrar de lleno en los términos de la REFUNDACIÓN, y hacer con ello de menos la eclosión de 1717, como eslabón de un quehacer, el cual poco tenia que ver con el anterior. Aunque como digo los hechos que desembocaron a través de los hechos de 1751  y luego ya, la definitiva en 1813, esas si que fueron verdaderas REFUNDACIONES.

1717, Fue el nacimiento de una utopía, con gentes poco atadas a viejas instituciones, al fin a la postre,  eran «hijos de San Juan», masones libres  sin instituciones que no buscaban el cobijo de otras estructuras y reconocimientos, nuestros fundadores se dice que  quemaron los viejos rituales y catecismos, no tanto para preservar sus secretos contenidos, sino que lo que querían significar con tal hecho, si es que aconteció, fue la ruptura total y definitiva para de este modo crear un espacio nuevo y bajo nuevas concepciones y parámetros de consenso poco doctrinarias, y capaces de «reunir los disperso para encontrarse», lo que quera  diametralmente opuesto a lo promulgado años después por Laurente Dermott.

No deja ser curioso que todo el estudio sobre esta ruptura se haga desde estadios distantes a 1717, y no  escudriñando  quienes asistieron, el porqué, y para qué, exactamente,  de donde provenían esos masones de «San Juan» no adscritos a ninguna Gran Logia y que se reúnen un día como si tal cosa para fundar la Gran Logia de Londres, y sinmbargo se está presto a explicarnos todo ellos yendo a escudriñar el mundo de los operativos, o el posterior desarrollo al nacimiento de la Gran Logia de Londres, cuando en realidad  1717 significó en sí misma una ruptura, una FUNDACIÓN, a la cual, al menos  en ese primer momento, parece difícil adjudicarles teorías de la transición, o de los préstamos,  etc, digamos que las  hay para todo los gustos e inclinaciones.

1717, fue para mi la clave y la piedra angular de una FUNDACIÓN en toda regla, y más si la ponemos en relación con lo aconteció con la famosa querella entre «Antiguos y Modernos» pero no haciendo misticismos, o esoterismos raros,  o aislando  unas cosas de otras lo político, lo religioso, o lo masónico  pasta e una extraña melange, que es  poco tan motivadora,  sugerente e idílica, como ligarla al mundo de los Comacinos, los Antiguos Constructores de Catedrales,  los misterios sagrados, o el Compañerismo...

En fin, he expuesto con toda la honestidad porqué el titulo de este II Curso de Fundamentación masónica  ha fundamentado, valga la redundancias, mal su título..

En todo caso quedo a la espera de aquellas nociones que sustenten el proqué si fue una REFUNDACION, y por tanto salvo alguna otra eventualidad no queda nada más que esperar al ya famoso   II CURSO DE FUNDAMENTACION MASONICA a celebrar en los Valle de Madrid.

UN TAF  Victor Guerra

20 de diciembre de 2016

LA GLOBALISATION. Ce que la maçonnerie peut apporter à ce processus...

ob_3ba66f_manif-fm-chalie-11-01-2015-18

Aujourd'hui, je sauvé ce vieux fer j'ai fait il y a 14 ans, qui a été adapté et le débat interne au sein des questions sociales en discussion au sein du couvent général du Grand Orient de France en 2002 et sert aujourd'hui à voir et à faire face il a été dit il y a plusieurs années, si la réflexion est toujours valide, et aussi voir l'évolution des choses et environ le même, comme une analyse du personnel et de l'auto-critique.

Victor Guerra

Oxymoron, on applique une épithète à un mot, qui semble le contredire ; ainsi, les gnostiques ont parlé d’obscure lumière ; Les alchimistes de soleil noir. J. Luis Borges
.- PRÉMISSES, RÉFLEXION ET PRATIQUE
En premier lieu, il conviendrait de définir ce que nous entendons par globalisation. Car, bien que ce soit un mot qui commence à caractériser la transition entre le XXème et le XXIème siècle, il n’est aussi évident que le concept suggère la même chose, selon qu’il se définisse à partir de la structure économique ou culturelle, actuelle. Dans le premier cas elle a eu un impact décisif. Si bien que l’on peut observer un changement de perception et d’attitude, de plus en plus net, face à ce phénomène sur le plan économique, dont les conséquences sont, entre autres, l’échec de la Conférence ministérielle de Seattle. Il a continué à se manifester et à devenir plus tangible, tout au long des différentes conférences organisées par l’OMC.

D’un autre côté, la littérature, encore rare, mise peu à peu à la disposition du grand public, tout au moins espagnol, n’est bien souvent pas le fruit d’intellectuels espagnols et par conséquent, elle l’analyse depuis la perspective particulière de latitudes et d’identités différentes. Elle provient en effet, pour la plupart de traductions d’autres cultures d’outre mer qui peuvent être très fortement affectées par ce phénomène, mais qui représentent toutefois une autre réalité, dont nous devons tenir compte.

Ceci est un handicap important, à plus forte raison, si nous considérons que ce récent phénomène, aussi complet et transversal soit-il, malgré son importance et son pouvoir, n’est pas suffisamment éloigné dans le temps et l’espace pour pouvoir être analysé objectivement dans la totalité de sa dimension et, ce qui est pour le moins évident, sur l’ensemble de ses implications. Nous avons vu certaines d’entre elles, les implications ou les effets économiques. Mais il y a en a d’autres, moins perceptibles, qui pourraient ou sont, parfois même bénéfiques.

S’interroger sur un thème de cette profondeur et dimension, pour la jeune maçonnerie espagnole est une tache dont on peut présager qu’elle ne débouchera pas sur les résultats escomptés, tout au moins du point de vue et, en ce qui concerne, le travail du GOdF, qui dispose d’une plus longue tradition pour réfléchir et aborder ces sujets particuliers.

Les ateliers maçonniques espagnols bien à regret et à contrecœur, ne sont pas cependant, suffisamment préparés, je crois, pour donner une réponse concrète et ”définitive”, sur ce que peut apporter la maçonnerie au monde globalisé, ou la forme sous laquelle l’Ordre maçonnique pourrait influer pour infléchir le sens de cet imparable processus.

D’un autre côté, il conviendrait de tenir compte de deux perspectives distinctes. L’une pourrait se dégager de l’utopie, qui cependant n’est autre que le résultat d’un exercice d’imagination ou vice versa, et l’autre perspective partirait de la pratique.

Du point de vue de la pratique, nous devons considérer que l’action éventuelle de la maçonnerie espagnole se verrait réduite à de rares initiatives personnelles de divers maçons. Ce qui représente très peu de chose. Mais si on agit à partir de l’ensemble du GOdF, je ne connais pas, nous ne connaissons pas, le poids que cela aura au moment d’influer sur ces énormes processus. Compte tenu du nombre de frères au sein du GODF, de leurs positions et des moyens de l’Obédience elle-même, cela peut constituer une bonne plateforme, tout au moins pour énoncer les problématiques.

Malgré cela, la maçonnerie se doit de donner une réponse. Car nous devons penser au rôle des intellectuels (aujourd’hui en lien avec la société, le pouvoir, l’État. Il conviendrait de se demander s’ils ont subi le même processus de destruction/dépeuplement, et de reconstruction/réaménagement, subit par l’ensemble de la société.)

Quel rôle leur a-t-il été attribué par les pouvoirs de l’État ou financiers ? Quel rôle vont-ils jouer sur l’ensemble de cette analyse et comment s’intègrent-ils dans cette globalisation fragmentée...? Puisque les intellectuels de droite disposent déjà du chantier pour polir les pierres qui décoreront la globalisation : La pensée unique ; sous couvert des pouvoirs financiers, Banque Mondiale, Fonds Monétaire, Organisations mondiales, Commission européenne et Banque de France qui, par leurs financements, ont à leur service le monde des idées, représentée par le plus grand nombre d’universités et de centres de recherche, de fondations qui, à leur tour conçoivent et diffusent le monde de la globalisation et la pensée unique, en tant que support ; en faisant croire que la globalisation est le meilleur des mondes, malgré le manque d’exemples concrets sur ses avantages pour l’humanité dans son ensemble. De là, on a recours à la théologie et à palier par des dogmes et la foi néolibérale le manque d’arguments.

Il convient de tenir compte, qu’en outre on associe la maçonnerie à ce monde de la globalisation, comme un des piliers intervenant sur les marchés à travers les penseurs libéraux, de ceux qui font partie de la Trilatérale et des Fondations soutenues par le pouvoir financier. 

Nous avons un exemple de cela dans le livre de Manuel Ayllón[1] qui nous raconte le lien entre le pouvoir économique et la maçonnerie “régulière”(anglaise) espagnole (GLE) et la formation possible d’alternatives libérales, à travers une organisation politique et intellectuelle. Dans ce cas, que pourrions-nous envisager, comme stratégie de ce que l’on appelle la Troisième voie socio démocrate ?

D’un autre côté, les intellectuels de gauche restent hors du combat. Car il leur revient de jouer le rôle de “messagers du mal. De même, ils sont critiqués ou disqualifiés pour “messianisme”et parce que de surcroît, il existe un pari pour ce que l’on appelle la “troisième voie”de la gauche qui condamne à peine le néolibéralisme, comme disait Manuel Vázquez Montalbán

Le Grand cirque des intellectuels néolibéraux, chimiquement purs, ex-marxistes repentis ou la Trilatérale. Ils peuvent être messianiques lorsqu’ils présagent la fatalité d’un univers fondé sur la vérité unique, le marché unique et l’armée unique de gendarmes surveillant les éclairs des flashs qui accompagnent la photo finale de l’Histoire, en shootant devant les plus beaux paysages, des meilleures sociétés ouvertes.[2]

Par conséquent, la maçonnerie peut jouer un rôle important qui pourrait être d’exercer la fonction intellectuelle et de communication, en se constituant en une sorte de conscience incommode et presque impertinente, pourrions-nous dire. Car elle n’a pas à s’engager avec les forces politiques et sociales, pas même avec l’État, les medias ou la religion. Au sein de la maçonnerie, en tant que travailleurs spéculatifs, nous pouvons, à nous tous, essayer de trouver des réponses.

En cherchant comme l’évoquait Régis Debray “La technologie du faire-croire (...) Le pouvoir de l’information Inf-former : donner forme, formater. Con-former : donner de la conformité. Trans-former : modifier une situation”[3] C’est peut-être cela notre rôle. Celui de réfléchir et de réaliser une analyse critique, sous la triade fournie par Debray, de faire croire, à partir de notre perspective individuelle de dénonciateurs du fait, de membres d’un Ordre qui croit en la conscience et en l’efficacité des acteurs sociaux, connaissant nos limites et ceux de la société. C’est pour cela que nous devons et avons besoin de faire accoucher le mystère du futur, en faisant comme le proposait Alain Touraine “Que la protestation ne s’érode pas en dénonciation sans avenir, mais au contraire, qu’elle conduise à la formation de nouveaux acteurs sociaux et indirectement, à de nouvelles politiques économiques et sociales[4]

Partant donc de ces prémisses, nous devons énoncer la complexité de la globalisation ou mondialisation qui semblait apporter intrinsèquement un certain caractère homogène. Bien qu’il apparaisse de plus en plus clairement que ce processus est comme les “matrioshkas” (les poupées russes, emboîtées les unes dans les autres), et compte tenu de la structure d’ensemble au sein d’autres ensembles, ceci représente actuellement plutôt quelque chose d’hétérogène. Et, s’il pouvait exister un enchaînement à travers le binôme technologie et informatique, le pouvoir financier l’a cassé, « en faisant que la pauvreté, ne soit pas, comme elle l’a été autrefois, le résultat naturel de la pénurie, sinon l’ensemble de priorités imposées par les riches au reste du monde » (John Berger 1997)[5]

Cette perception aussi novatrice que gênante est ce qui nous est montré :“les choses nous échappent”, en exprimant de même le caractère indéterminé, ingouvernable et auto promu des affaires mondiales, l’absence de centre, de bureau de contrôle, de directoire de gestion planétaire.

Cette globalisation nous place, par conséquent, face à des mécanismes en partie contradictoires. Certains tendent à intégrer tout un ensemble d’états, de pays et de régions, dans la plus florissante industrie du “Marché de l’Opulence” (laissant place, cependant à des noyaux de pauvreté et de marginalisation. C’est ce qu’ ATTAC appelle le “Mécanisme d’Inclusion”. Tandis que d’autres ont tendance à repousser vers un autre groupe de pays, de régions et de groupes humains de ce paradis néolibéral, c’est que l’on nomme le “Mécanisme d’exclusion” [6]:
Mécanisme d’inclusion :
  • o Créer des plus-values à l’aide de la spéculation sur les valeurs boursières
  • o Salaires aux dirigeants et cadres, liés à la participation sur les bénéfices de l’entreprise
  • o Innovations technologiques, nouveaux procédés et produits
  • o Restructuration des entreprises, fusions et acquisitions qui génèrent des bénéfices substantiels
  • o Privatisations des entreprises publiques
  • o Investissements étrangers directs et en portefeuille, création et/ou renforcement des institutions financières.
  • o Intégration régionale (Union européenne, MERCOSUR, NAFTA ASEAN) etc.
  • o Mise en place de banques off-shore et de paradis fiscaux
  • Les mécanismes d’exclusion :
  • o Simple oubli des pauvres (fuite des investissements à risque vers les pays du Sud)
  • o Crises financières, dévaluations, faillites, augmentation du chômage
  • o Attraction vers le bas des entreprises multinationales, aux emplois mal rémunérés et précaires, sans les prestations sociales correspondantes.
  • o Fuite des capitaux et des contribuables, avec l’apparition comme conséquence de cela des ” contribuables virtuels”
  • o Réduction du secteur public et des prestations sociales de l’État.
  • o Abandon des politiques régionales
  • o Systèmes fiscaux déficients ou injustes.
  • o Concentration progressive de la richesse sur le plan national
Je crois qu’à ce stade, les exemples sont de trop, sur les répercutions de chacun des faits énoncés sur les pays, régions et groupes humains, mais également, sur les différentes composantes de la société : Culture, cohabitation, valeurs, etc.

Et, bien que l’on puisse argumenter que ce mouvement globalisateur a de même eu des répercussions sur les pays pauvres, il convient également de dire, que la distribution des bénéfices a été très inégale. Il suffit pour cela de jeter un coup d’oeil aux modèles de distribution des revenus nationaux de certains pays : La Colombie, le Chili, l’Argentine, l’Afrique du Sud...

Proposer des alternatives est un labeur qui avait déjà été inscrit à l’ordre du jour du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), dans un lointain rapport élaboré en 1992 pour un Pacte Global pour le Développement entre le Nord et le Sud. Á savoir :

Avantages pour la paix : Compromis des pays industrialisés et développés, s’engageant à réduire leurs dépenses militaires d’au moins 3% par an. Les fonds ainsi libérés iraient au développement économique de pays tiers.

Système réformé d’Aide Officielle au Développement : Plus de ressources et une meilleure optimisation.

Renégociation internationale de la dette : Á l’égard des pays sérieusement endettés et connaissant de graves crises sociales, stoppant ainsi l’évasion des ressources du Sud vers le Nord.

Financement pour le Développement Durable : Impôts sur la consommation de carburants, pétrole, charbon et certificats de limitation des émissions de dioxyde de carbone. Ce qui impliquerait un transfert des ressources des nations riches vers les pauvres.

Dans ce rapport, les alternatives proposées ont été d’autres actions comme la libéralisation des marchés qui a généré un dur débat sur ses répercussions. Á tel point que, tandis que l’on recommande aux pays du Sud d’ouvrir leurs marchés aux importations (libéralisme commercial) les pays riches ferment les leurs et établissent des quotas aux importations provenant des pays pauvres.

Signalons que là où le processus de globalisation a été particulièrement efficace, c’est dans le domaine de la production culturelle, comme nous l’avons déjà indiqué. Car les grands groupes et les médias ont joué un rôle déterminant, à travers le pôle scientifique et universitaire et les circuits culturels à caractère global.

Face à tout cela, que pourrait ou devrait faire la maçonnerie, en tant qu’ensemble d’hommes et de femmes qui travaillent sur la réflexion pour influer sur l’amélioration et l’avenir de l’humanité qui est une de nos devises ?

Les idées proclamées à ce sujet, partent du plan local pour avoir des conséquences sur le global, sans perdre de vue cette perspective d’action que nous proposons sur : Où sommes nous ? Qui sommes nous ? Et où voulons nous parvenir ? Fruit de la réflexion de l’ensemble des penseurs critiques[7] à l’égard du système.

Suivi de la politique des gouvernements
La plupart des réformes ou des contre-réformes des dernières années ont été justifiées ou ont servi l’impératif de la “compétitivité extérieure”, en se retranchant derrière des directives supranationales dont les acteurs n’existent pas ou bien, d’exister, ils sont aussi dérobés que le magicien d’Oz. Toute analyse politique sur ces politiques ouvre une brèche qui nous permet de nous interroger sur cette apparente absence d’influences.

Par conséquent, il est nécessaire de le souligner, c’est là que nous devons être en tant que maçons, en rendant responsables les gouvernements de leurs actions internationales, de même que de l’application interne des politiques “globales” et cela peut se faire depuis une optique locale et régionale.

La mise en place de la Charte des Citoyens européens a été un pari lancé par la Communauté européenne dont le manque de coordination et la méconnaissance des citoyens espagnols dit que la lutte laïciste retombe essentiellement sur la France. Ce qui lui valut une fois de plus le qualificatif de “chauviniste” en ayant à défendre le sens et le concept auprès des citoyens et en présentant la laïcité comme une garantie face aux pressions des plus conservateurs.

C’est là qu’en tant qu’Ordre fraternel, nous devons être en parfaite cohésion et coordination, dans le respect de notre caractère autonome.

Contrôle des produits financiers et de l’entreprise
Ce qui nous arrive aujourd’hui vient du fait de la fusion des grandes entreprises qui optent pour le contrôle du marché et, paradoxalement, se sont spécialisées dans le contrôle du marché national et local. Ce contrôle échappe au citoyen. Par exemple : Une des grandes activités du secteur bancaire espagnol extérieur se compose de la gestion des fonds de pension privés, nés des politiques de réajustement latino américain (pensions auxquelles accèdent seulement les secteurs les plus nantis de la société) des entreprises qui, conjointement, réclament une réforme de la Sécurité Sociale, afin de pouvoir faire tourner à plein régime le marché des pensions privées.

Mais, bien que ces actions puissent paraître difficiles à contrôler, nous disposons d’exemples comme le boycott de Nestlé à cause de ses politiques criminelles de commercialisation de lait en poudre en Afrique qui ont été de véritables succès, en associant les sensibilités et en utilisant un media éminemment globalisateur comme l’informatique et les nouvelles technologies.

Par conséquent, en imposant certaines conditions aux produits on peut contribuer à provoquer des changements qui affectent le cycle complet de la production ou de l’organisation du travail. Cette amélioration des droits du travail, environnementaux et sociaux, qui peut générer des pressions sur la fixation des standards et des régulations, au sein des organismes internationaux, favorisera les pays en développement, ou restés en marge de celui-ci.

Amélioration écologique
Il est clair que l’écologie est présente dans les processus de globalisation, sous la forme d’agressions environnementales, généralement sur les zones les plus pauvres de la planète : Destruction de l’Amazonie avec l’impact des compagnies pétrolières qui sont derrière des guerres comme celle d’Afghanistan, avec tout ce que cela a impliqué et implique encore.

Sans parler des grandes tentatives de mise en place d’agricultures pour l’exportation et leurs conséquences, l’impact des grands barrages ou la maîtrise de l’eau en Afrique. Autant de projets financés pour la plupart par la Banque Mondiale.

Thème et débat de longue haleine dont les propositions peuvent venir promouvoir des changements à une échelle suffisante pour atteindre des effets environnementaux et culturels tangibles.

Une politique d’augmentation des coûts énergétiques peut constituer la façon de réorienter la production mondiale sur des bases territoriales plus logiques et l’acheminer vers des processus de développement régional plus cohérent. La crise de la “vache folle” apporta de nouveaux motifs pour défendre un certain type de contrôle à la circulation des marchandises et favoriser les processus moins homogènes. 

En prenant part au mouvement anti-globalisateur, chacun peut collaborer, depuis sa perspective personnelle, en insistant sur les effets causés par le processus de globalisation actuel sur les pays pauvres, en générant ainsi une conscience plus solide parmi nous, en tant que partie riche de la planète. 

Personne ne doit arriver en barque
Albert Recio indique qu’une des raisons qui empêchent le développement d’une large réponse sociale face aux politiques de la globalisation, est l’éloignement par rapport au lieu de prise de décision. Éloignement physique et social. L’aspect réellement nouveau de la globalisation est composé, dans notre pays, par l’arrivée massive d’émigrants pauvres, à la recherche d’un emploi et de meilleures conditions de vie.

Plus qu’expulsés par la faim, il se peut qu’ils viennent attirés par les nouveaux modèles productifs et sociaux, mis en place dans notre économie par le processus d’expansion lui-même : l’agriculture intensive ou l’industrie hôtelière de la Méditerranée, très liées aux processus de globalisation.

L’émigration frappe à nos portes et pose des problèmes que des sociétés comme la nôtre –l’espagnole- ne s’étaient jamais posées et qui exigent des réponses.

Certaines de type culturel et d’information contribuent à ce que nos voisins eux-mêmes comprennent le lien existant entre les processus économiques actuels et les migrations, en mettant en rapport les migrations des pauvres, avec les logiques de spécialisation productive internationale et les inégalités sociales qui les affectent également.

La migration c’est la globalisation de notre territoire, mais c’est également une opportunité pour commencer à réfléchir sur nos modèles de ville et de société. C’est pourquoi il sera bon que nous soyons capables, nous en tant que maçons, à partir de nos propres codes, d’allier l’information adéquate et les demandes éthiques, avec les procédures sérieuses d’intégration. Procédures où nous sommes impliqués puisqu’elles sont basées sur la connaissance mutuelle et le respect et par conséquent requièrent une prédisposition spécifique déjà connue de nous, initiés maçons.

La culture : Ce grand terrain à cultiver.
Toute globalisation constitue également un processus culturel, bien que celui-ci soit d’inégale importance sans doute sur les différentes classes et groupes sociaux. C’est à ce point vrai qu’il existe une homogénéisation essentielle, mais celle-ci s’établie parmi les élites dirigeantes et les leaders d’opinion.

La proposition ne consisterait donc pas à vouloir opposer une éventuelle “culture nationale ou locale” à une culture cosmopolite, ni de combattre des excès technocratiques par d’irrationnelles positions ésotériques. Il faudrait agir en élargissant les expériences en matière de production culturelle fondamentale, à partir de centres artistiques autogestionnaires.

C’est dans le vaste univers de la culture et de la pensée où la maçonnerie qui comprend des personnes disposées à travailler avec rigueur et sans compter leurs efforts, pourrait le plus agir, en tant que moteur de développement, comme nous l’avons déjà fait en certaines occasions. Il est par conséquent nécessaire de nous faire connaître et de nous ouvrir à la société. Et, où peut-on mieux le faire que depuis la culture ?

La revue “Humanisme” du GOdF, est un exemple à suivre qui devrait envisager d’ouvrir ses champs d’action et langue, afin de pouvoir faire connaître les réponses, les doutes et les réflexions des maçons, en tant qu’individus, mais également comme institution obédientielle.

Le pacifisme comme leitmotiv
La globalisation doit forcément constituer une force militaire, en sachant à ce propos que le système économique est régulé en partie par l’action belliqueuse, comme on nous l’a clairement rappelé avec les bombardements sur l’Irak et à présent sur l’Afghanistan, outil de contrôle géostratégique depuis quelques années.

Il est bien connu que l’industrie militaire génère de généreux dividendes, augmente les dettes externes et, généralement, fait disparaître notre cher concept de démocratie.

Face à cela, nous voyons paradoxalement que le pacifisme a cessé d’être une question brûlante, surtout après être parvenus à disposer d’une armée de métier à laquelle s’enrôleront volontiers nos émigrés, en faisant du chantage pour l’obtention de papiers. Ceci atteint son paroxysme, dans un autre paradoxe que les forces de choc anglo-saxonnes se composent de népalais.

L’Espagne a globalisé sa politique militaire et l’a fait sans proposer d’autre réponse sociale. Sans doute parce que les vieux pacifistes du mouvement anti-OTAN n’avons nous pas su expliquer ce que cela avait à voir avec tout cela. Mais également aussi, parce que cette défaite a converti le pacifiste en un cheval perdant.

Le pacifisme est une des facettes que nous devons susciter au sein des ateliers, de même que sur d’autres domaines, favoriser les attitudes pacifistes qui seront en somme la manière d’éroder les politiques coercitives sous-jacentes de la globalisation.

Nous devons donc, à l’instar de l’harmonie qui règne dans les loges et qui arrive à son apogée au moment de la chaîne d’union, développer différentes formes de rapports humains qui représentent une alternative réelle au violent système dominant. 

Nous devons donc nous situer sur le pôle opposé à la globalisation, qui est “l’universalisation” qui représentait et représente encore notre discours. Parfois déchu en tant que concept, mais à partir duquel nous pouvons donner des solutions en ayant une incidence en tant que maçons, d’une manière originale et ponctuelle, pour l’amélioration et l’encouragement de la connaissance, non seulement pour nous-mêmes, mais de l’ensemble de l’atelier, en favorisant le dialogue au dedans comme au dehors de la loge, en mettant en place des procédures avec ceux qui peuvent nous éclairer dans le monde profane sur cette complexité qui nous surprend. 

Si notre Ordre est donc fraternel et nos méthodes vont sur la voie de l’éveil des consciences et l’accroissement de nos connaissances, et si, en tant que maçons, nous avons la mission de “réunir ce qui est épars”, nous avons ainsi entre les mains le cadre idéal pour que chacun construise sa propre perspective d’action, à partir des modèles et des propositions qui ont été présentées en guise de panoplie conseillée. 

Pour cela il est nécessaire de développer au maximum l’universalisme, en fuyant de l’individualisme dans lequel voudrait nous cloisonner le monde globalisé qui veut faire disparaître le concept de “Citoyen”, en tant que défenseur de la séparation des pouvoirs et de leur contrôle ; défenseur aussi de la laïcité comme garant de la liberté de conscience. Par conséquent, il sera nécessaire de favoriser ce concept de citoyen, et cela peut être fait par le maçon qui peut construire, à partir de son indépendance personnelle et de son propre atelier et l’Obédience, les outils de changement vers un projet universaliste, en participant activement à la société de l’information, afin de pouvoir insuffler en elle l’éthique et la morale qui doivent nous caractériser en tant que maçons.

Et ceci nous oblige, non seulement à travailler notre propre pierre, avec encore plus d’acharnement et à construire l’édifice maçonnique, mais également conjointement à nous ouvrir à la société, de manière à améliorer notre formation et pouvoir constituer le levain de la nouvelle utopie constructive, à savoir le moteur du développement social auquel nous faisons tellement référence qui a d’autres époques l’a été effectivement et qui se reflète dans notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité.

Conformément à ce qui a été présenté au sein du GOFMU (Grand Orient de la Maçonnerie Mixte Universelle) “ Pour le franc-maçon, en tant qu’individu, rien n’a changé. Ses qualités rationnelles et intuitives pour trouver les points de référence, afin de mettre de l’ordre dans le chaos, sa capacité pour visualiser les objectifs clairs, pour indiquer des caps et élaborer les opposés complémentaires, sont toujours autant en vigueur aujourd’hui comme ils le furent hier. C’est à nous de délivrer un message orienté. Nous devons être capables d’élaborer nos propres propositions en réponse aux profondes inquiétudes de la société dans laquelle nous sommes plongés.”[8]

Face à cet état de fait, nous devons adopter ces propositions ou d’autres à venir ou qui pourraient surgir de la conscience ou de la préparation des frères qui composons aujourd’hui le GOdF. Nous pouvons passer de la “globalisation qui essaye aujourd’hui de nous marginaliser ou de nous engloutir, à la fédération de la “globalisation du non à cette liberté qui a vendu le monde riche (le Nord), non l’Égalité qui existait derrière le mur allemand, mais une liberté et une égalité partant d’un principe fondateur, comme la Fraternité, en étant le ferment dans chacun des lieux où nous sommes, de cette intégration fraternelle, non celle des marchés, mais celle de l’union des hommes et des femmes, au-delà des races, du sexe, de l’idéologie ou des systèmes.

Parce qu’avec les mots nous mettons un nom à nos pertes et à notre résistance, parce que nous n’avons pas d’autre solution, parce que les hommes sont indéfectiblement aussi ouverts aux mots et parce que peu à peu, ceux sont eux qui modèlent notre jugement. Notre jugement, - en tant que maçons- souvent craint par ceux qui détiennent le pouvoir, se modèle lentement comme le lit d’une rivière, parmi des mots qui coulent. Mais les mots ne produisent que des courants lorsqu’ils sont éminemment croyables. Santé, et n’oubliez pas que l’idée c’est aussi le ciseau ! ” Sous Commandant Marcos [9]

Alors, prenons nous-mêmes, les citoyens de base,- tailleurs de pierre et des mots-, la parole et l’initiative. Avec la même véhémence et la même force avec laquelle nous revendiquons nos droits, nous revendiquons aussi le devoir de nos engagements ” José Saramago [10]
J’ai dit

Victor Guerra\ Maite Maçon de la Respectable Loge Rosario de Acuña à l’Orient de Gijón (Asturies-Espagne)
Lue en tenue, en 2002, en réponse aux propositions de débat par le  Convent GOdF. 2002

[8]III Assemblée Plénière du GOFMU” décembre 2000
[9] “El intelectual y el fascismo liberal” México 2000
[10] “Discours de Stockolm”
























































































Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...